Ré-enchantons le monde…

 

 
reenchantementdumonde.jpgpublication-metamorphose-motions-numerique-enchantement-institut-esprit-service-novembre-2016-18-638.jpg

                                                                                    

 

« C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière ». E. Rostand

 

Notre monde est vieillissant, effaçant l’histoire, prostré dans ses certitudes radicales et fermé à l’innovation pour vivre ensemble autrement sur cette terre… Inéquités, indifférences, et plus que jamais déracinement de l’homme ! Que de désespoir et surtout d’absence de perspective de vie ! Allons-nous simplement à notre perte ?

 « C’est ce divorce entre l’esprit qui désire et le monde qui déçoit ». Camus

 

Nous étions à la croisée des chemins ! Avons nous gardé la foi en nous, en chacun d’entre nous, en cette belle inter-solidarité, qu’en est il de la poésie de la vie, de ce regard posé sur la terre, de la gratitude pour ce quotidien, un partage, un échange. Et qu’en est-il de notre moi profond ?

« Cette vie terrestre n’est ni trop courte, ni trop longue, quelle que soit sa durée. Elle n’est faite ni pour courir sans penser,

ni pour penser sans agir : elle est seulement faite pour être  vraiment vécue. Vivre c’est simplement faire un pas de plus

en avant sur le chemin dont nous venons, qui a commencé aux premiers âges de l’univers ».  J. E. Charon

 

L’âme de chaque être est reliée au souffle primordial qui est, le principe de vie même, en effet notre âme est animée par un authentique désir d’être. Voilà pourquoi l’amélioration de la qualité de conscience, de présence à soi et à l’autre est vitale pour la terre, quelle que soit notre croyance, combien la vie de chacun de nous participe d’une immense aventure… Instruite par l’expérience de la souffrance et de la mort, exaltée par l’amour, l’âme est capable d’ouverture et de dépassement en élevant l’être qu’elle habite jusqu’à la source divine. Mais elle peut aussi connaître déviations ou perversions, pulsions destructrices, nous avons le choix. Il y a donc une dimension éthique, une responsabilité à laquelle l’homme ne saurait échapper, et cette perspective ouvre sur un horizon de libération. 

« Etre homme, c'est précisément être responsable. C'est connaître la honte en face d'une misère qui ne semblait pas

dépendre de soi. C'est être fier d'une victoire que les camarades ont remportée. C'est sentir, en posant sa pierre,

que l'on contribue à bâtir le monde. » - Antoine de Saint-Exupéry

 

Et si nous ré-en-chantions le monde, par notre résilience, notre engagement, notre joie, notre créativité !

 

Tous les êtres ne sont pas forcement des artistes mais toute âme a un chant. Elle est à même de répondre à d’autres chants qui lui parlent. Faut il l’entendre sa voix, l’écouter et se rapprocher le plus possible de soi, de son être, quels que soient les codes sociétaux contemporains, familiaux,… Lâcher de plus en plus  l’égo qui raisonne et s’enferme dans de vieilles croyances jusqu’à l’aliénation. Le mental, au service de l’âme, ne résout pas tout, la vie ne réside pas dans les idées abstraites mais l’incarnation. Elle est là l’écologie intérieure, le respect de sa propre nature intérieure, qui innove bien ancrée et centrée, et chacun différemment. Et l’âme chante, elle rappelle que la vraie vie est dans l’humble abandon à quelque chose de plus grand, de plus élevé, de plus infini que soi. Et c’est souvent quand on touche au désespoir qu’on trouve cet abandon suivi plus tard d’une joie indescriptible, et d’un sens à sa vie.

« Est criminel tout ce qui a pour effet de déraciner un être humain ou d’empêcher qu’il ne prenne racine » S. WEILL C

 

En se rapprochant le plus de soi, nous réalisons, conscientisons et ressentons que nous sommes interdépendants avec la nature et le reste du monde, que nous faisons partie d’un tout et par conséquent conscience du précieux de sa vie. L’évolution du vivant s’accompagne alors de la recherche d’un équilibre sans cesse remis en question.

 « Voir un monde dans un grain de sable et le ciel dans une fleur sauvage, saisir l’infini

dans le paume de sa main et l’éternité dans l’heure qui passe » W. Blake

 

Patience, foi en soi et chacun d’entre nous, arrêtons de crier « au loup », encourageons les bonnes volontés, soyons des poètes, des doux rêveurs, des utopistes. Il nous appartient de nous battre contre notre sombritude et de célébrer la vie, la joie et l’amour et de croire en nous et en nos enfants, en notre part d’originalité et de lumière.

 

« Mille avant nous ont voulu laisser leur trace. Ils s’en sont vu déçus. De belles âmes que le temps efface, Dieu j’en ai connues
On veut avancer seul mais on va jamais loin. Suffirait qu’on le veuille pour aimer nos voisins.C’est pas la mer à boire pas l’océan non plus ;
Pour dessiner l’histoire il faut nos mains tenues. Chanter dans les campagnes et danser dans les rues. Demain, demain on gagne, demain nos mains tenues. On trace, trace. On trace, trace »  (chanson « les Enfoirés : Vianey)

 

 

Lieu :                      à Gétigné dans le vignoble nantais

Date :                      du 20 au 26 Juillet 2019

Tarifs :                    380 euros pour toute inscription avant le 31 Mai 2017 – 430 euros après le 31 Mai

Hébergement :     360 euros en pension complète à préciser

Arrhes :                  200 € encaissés au moment du stage.

                                 En cas de désistement moins de 30 jours avant le début du stage, les arrhes ne sont pas récupérables.